Ostéopathie hernie discale

Écrit par les experts Ooreka

Peut-on manipuler une hernie discale ?

Pour de très nombreux médecins, ostéopathie et hernies discales ne font pas bon ménage. Il faut nuancer ce propos. Il est important de préciser que la présence d'une hernie n'est pas une contre-indication formelle à la manipulation, loin s'en faut.

Procéder à un diagnostic correct est essentiel.

Ainsi, en se rendant chez son ostéopathe :

  • une personne souffrant du dos peut avoir déjà effectué des examens (scanner, radio, IRM) qui donneront de précieuses indications au thérapeute sur ce qu'il est en mesure ou pas de faire ;
  • en l'absence d'examens complémentaires, l'ostéopathe procédera lui-même à certains tests neurologiques permettant de mettre en évidence une lésion neurologique ou au contraire de l'exclure.

Chaque cas étant particulier, c'est en fonction des examens complémentaires, de l'examen clinique (en cabinet) et des symptômes que le thérapeute prendra ou non la décision de prendre le patient en charge. Là encore, l'expérience et la compétence du praticien feront la différence.

Lorsque le traitement ostéopathique est possible (localement, à distance, ou les deux), ce qui est souvent le cas, les résultats sont tout à fait satisfaisants.

La personne peut souvent, rapidement après, retrouver une vie normale. Il lui suffira de prendre certaines précautions, notamment dans les jours qui suivent la consultation.

Qu'est-ce qu'une hernie discale ?

Anatomie

Pour bien comprendre le mécanisme de la hernie discale, il faut savoir que la colonne vertébrale (ou rachis) est composée d'un empilement de 24 vertèbres séparées les unes des autres par un disque intervertébral.

Dans la partie située en arrière du corps vertébral se situe un trou qui, avec la juxtaposition des vertèbres les unes sur les autres, forme un canal. Ce canal contient la moelle épinière, les nerfs dits rachidiens (du rachis) et le LCR.

Un disque vertébral est une espèce de coussinet (qui contient un noyau gélatineux) qui, lorsqu'il est sain, est épais et souple.

Il assure plusieurs rôles :

  • un rôle d'amortisseur ;
  • il permet aux vertèbres de bouger correctement les unes par rapport aux autres ;
  • il confère de la souplesse au rachis ;
  • il répartit les pressions exercées sur la colonne.

Besoin de mutuelle pour vos soins ? Comparez les tarifs gratuitement.

Comparer les mutuelles

Mécanisme lésionnel de la hernie discale

Lorsque la pression exercée sur le disque devient excessive, le disque finit par s'affaiblir et peut :

  • se fissurer ;
  • se déformer ;
  • se rompre.

Le noyau discal est alors susceptible de s'échapper de l'intérieur du disque et de faire saillie en dehors, entraînant une douleur.

En cas de hernie lombaire, la toux, un éternuement, le fait d'uriner ou un effort de défécation augmentent l'intensité de la douleur (en fait, tout ce qui entraîne une augmentation de la pression intra-abdominale).

En fonction de la région concernée, cette hernie discale (douloureuse à elle seule) peut comprimer les nerfs rachidiens environnants et entraîner, en plus :

Théoriquement, une hernie discale peut affecter n'importe quelle zone du rachis. En réalité, l'ensemble des hernies a lieu sur les zones de grande mobilité qui subissent d'importantes contraintes :

  • la région lombaire (bas du dos) ;
  • dans une moindre mesure la région cervicale (cou).

Abord ostéopathique de la hernie discale

En ostéopathie, on va s'intéresser (comme toujours) à l'origine du problème.

Traitement local

Il est possible de procéder à un traitement local de la hernie discale en faisant en sorte de lever la compression qui s'exerce au niveau du nerf. Pour cela, il faudra faire en sorte de soulager l'appui vertébral.

Cette approche se pratique en position allongée sur le côté (décubitus latéral) opposé au côté de la hernie. Ainsi, avec une hernie postéro-latérale droite (qui peut entraîner une sciatique côté droit, par exemple), le patient sera placé sur son côté gauche.

  • La zone à travailler est placée en haut et le praticien peut facilement la manipuler (en douceur) sans générer de douleur. Le thérapeute fera en sorte « d'ouvrir » la région pour diminuer la pression exercée sur la racine nerveuse.
  • De plus, l'ostéopathe va travailler l'ensemble des articulations inter-vertébrales proches dans la mesure où celles-ci sont en perte de mobilité. Cela sera souvent le cas, l'organisme faisant ainsi en sorte de limiter le plus possible les mouvements susceptibles d'engendrer de la douleur.
  • Libérer ces petites zones est primordial, car elles participent au phénomène douloureux en favorisant l'inflammation dans la région. En résorbant l'œdème, la compression nerveuse diminuera naturellement.

Enfin, le thérapeute s'attachera à soulager le disque intervertébral. En le décompressant, il pourra, dans certains cas (et en fonction de ses compétences), repousser la hernie et lui permettre de réintégrer l'espace intervertébral.

Besoin de mutuelle pour vos soins ? Comparez les tarifs gratuitement.

Comparer les mutuelles

Traitement à distance

Le traitement local devra parfois s'accompagner d'un traitement à distance. Dans certains cas, seule cette seconde approche s'avère nécessaire.

En effet, les pressions excessives exercées au niveau du disque, dans la mesure où elles n'ont pas une origine traumatique (un choc particulièrement violent est le plus souvent à l'origine des entorses et des hernies cervicales), peuvent être dues à un blocage vertébral :

  • sus-jacent (vertèbres placées plus haut) ;
  • sous-jacent (vertèbres placées plus bas).

Ces blocages entraînent une tension musculaire qui augmente la pression intra-discale et entraîne une irritation nerveuse importante.

  • Dans ce cas, l'ostéopathe va faire en sorte de lever les restrictions des autres zones qui jouent sur l'étage vertébral concerné par la hernie. Le risque d'accident est inexistant dans la mesure où l'ostéopathe non seulement tient compte de la hernie, mais, en plus, ne travaille pas directement au niveau de l'étage en souffrance.
  • Le traitement s'effectue à distance de la zone touchée et des techniques douces peuvent être employées (techniques faciales notamment).

D'une façon générale, le travail ostéopathique s'accompagne d'un suivi médical.

Spontanément, en cas de doute ou si aucune amélioration ne se profile, votre thérapeute fera le choix de vous rediriger vers un médecin voire un spécialiste (il peut s'agir d'un rhumatologue ou d'un neurologue).

Besoin de mutuelle pour vos soins ? Comparez les tarifs gratuitement.

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
MD
marianne durieux

hypnose holistique et humaniste

Expert

dr hédi belhoula

méd. gle, méd. de famille, homéo, phyto, mct | cabinet médical

Expert

AR
anthony rousseau

ostéopathe et enseignant en anatomie | rousseau anthony, ostéopathe à voisins le bx

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !