Sommaire

 

Ostéopathie et travaux dentaires

Le travail conjoint de l'ostéopathe et du dentiste est nécessaire pour mener à bien un traitement dentaire ou orthodontique, car ils travaillent de concert.

  • La posture dépend (en partie) de la bonne occlusion dentaire. Les ostéopathes posturologues peuvent facilement vous montrer qu'une simple feuille de papier à cigarette intercalée entre les deux mâchoires modifie complètement l'ensemble du tonus musculaire.
  • Il est donc fondamental d'assurer une surveillance régulière chez son ostéopathe en cas de travaux dentaires pour s'assurer que les traitements ne seront pas nuisibles.
  • Inversement, les ostéopathes doivent dans certains cas faire appel aux dentistes pour procéder à des travaux qui peuvent nuire au rétablissement complet d'un patient. Par exemple, en cas de problèmes dentaires, décongestionner durablement le muscle psoas se révélera très compliqué.

De manière plus générale, tant que l'occlusion dentaire ne sera pas correcte, les traitements ostéopathiques ne tiendront pas dans le temps.

Les muscles, les ligaments, les articulations seront en adaptation constante ce qui les obligera à se contracter et à se tendre de façon à compenser le déséquilibre postural.

Lire l'article Ooreka

Occlusion dentaire et ostéopathie

Les travaux dentaires comme la pose de couronnes ou les extractions, par exemple, sont susceptibles de modifier l'occlusion dentaire. La façon dont s'emboîtent les dents du haut avec celles du bas ne sera donc plus optimale.

  • En cas de décalage, même minime, l'équilibre postural sera modifié. À la longue, cela pourra entraîner une série de problèmes qui pourraient facilement être évités avec une intervention ostéopathique précoce.
  • De plus, l'ostéopathe est capable de régler les problèmes d'articulation de la mâchoire : l'ATM (articulation temporo-mandibulaire). Cette articulation est facilement palpable, juste en avant de l'oreille.
  • Ainsi, les ressauts de la mâchoire, les décalages, etc. peuvent être corrigés, en ostéopathie, en intervenant au niveau de l'ATM. Cela permet dans certains cas de rééquilibrer l'ensemble des appuis dentaires et de favoriser le traitement dentaire.

Intervenir de façon précoce

Intervenir précocement chez les enfants est souvent primordial pour corriger des éventuels problèmes présents avant même l'apparition des dents. Le palais pourra en effet être travaillé chez les nourrissons. De plus les déformations liées à l'accouchement peuvent par la suite déboucher sur des problèmes dentaires qu'il est possible de prévenir en faisant une consultation de contrôle.

Lire l'article Ooreka

De même, une séance d'ostéopathie peut aider l'enfant à arrêter de sucer son pouce, ce qui peut s'avérer important pour la suite, car certaines déformations du palais et des os de la face sont consécutives à une succion prolongée.

  • En ce qui concerne la déglutition infantile du nouveau-né et du bébé, elle devient pathologique lorsqu'elle persiste à plus de trois ans. Elle est susceptible, à terme, de générer de très importants dégâts dentaires tels que le déchaussement et des troubles de l'ATM.
  • Cette succion sera abordée en ostéopathie par le traitement des premières vertèbres cervicales (C0/C1/C2 ou occiput/atlas/axis), associé à une rééquilibration de l'os hyoïde (au niveau de la gorge).
  • Enfin, l'ostéopathie se révélera tout particulièrement indiquée dans les cas de problèmes liés à l'orthodontie.

Aussi dans la rubrique :

Indications

Sommaire