Orthodontie ostéopathie

Écrit par les experts Ooreka

L'orthodontie en quelques mots

L'orthodontie classique entraîne des blocages crâniens que l'ostéopathe peut libérer, au fur et à mesure, pour favoriser le traitement orthodontique.

Mais quel est l'objectif exact de l'orthodontiste ?

L'orthodontie vise à favoriser l'occlusion dentaire, c'est-à-dire à faire en sorte que les dents tombent bien les unes en face des autres lorsqu'on ferme la bouche.

Cela devrait permettre :

  • une meilleure mastication ;
  • une meilleure phonation ;
  • une meilleure respiration ;
  • une meilleure déglutition
  • un bon équilibre postural ;
  • esthétiquement parlant, cela plaît davantage.

Le principe d'action est basique : on applique une importante poussée de façon prolongée (pendant plusieurs mois) sur les dents, de façon à les obliger à se déplacer.

Si ce traitement est tout à fait possible chez l'enfant de moins de 9 ans dont la malléabilité osseuse est encore présente, chez l'adulte en revanche, il sera impossible de modifier la taille et la position des mâchoires.

Remarque : nous évoquerons ici la pratique la plus couramment employée dans le domaine de l'orthodontie. Elle est à différencier des méthodes douces utilisées par certains orthodontistes. Ces approches non invasives sont personnalisées, comme c'est le cas de l'orthodontie fonctionnelle, part exemple.

De même l'orthodontie précoce, l'approche énergétique ou encore le décodage dentaire sont d'autres visions qui permettent un traitement plus respectueux du patient.

Orthodontie et MRP

De par les importantes pressions exercées sur les mâchoires et les dents, les os du crâne sont contraints de s'adapter à une poussée souvent très importante et qui ne tient absolument pas compte de la mobilité crânienne.

Si les crânes des enfants de moins de 9 ans sont capables d'absorber ces contraintes avec une relative facilité (ce qui donne des résultats très rapides d'un point de vue dentaire), ce n'est pas le cas des enfants plus âgées et des adultes.

  • Or, la majeure partie des orthodontistes préconise une intervention différée (à partir de 12 ans) qui va agir sur des dents définitives et une mâchoire moins adaptable.
  • Sans entrer dans les détails, on comprend bien que les os du crâne seront nécessairement moins mobiles. Ainsi, des compressions crâniennes peuvent apparaître.
  • Celles-ci seront préjudiciables non seulement pour le traitement orthodontique, mais également pour le patient. En effet, le crâne va se verrouiller pour lutter contre les forces qui lui sont imposées, ce qui va ralentir le processus de traitement dentaire, invasif, et réalisé aux dépens d'une bonne mobilité globale et du MRP.

Besoin de mutuelle pour vos soins ? Comparez les tarifs gratuitement.

Comparer les mutuelles

Traitement ostéopathique et orthodontie

Il est donc conseillé de systématiquement emmener son enfant chez un ostéopathe (ou de s'y rendre lorsqu'on est soi-même suivi) en cas de traitement orthodontique.

Par son travail global et essentiellement crânien, le thérapeute pourra :

  • libérer les blocages crâniens ;
  • relancer le MRP ;
  • permettre une correction dentaire plus rapide en limitant les douleurs occasionnées par les resserrages effectués.

C'est également en travaillant main dans la main que les ostéopathes et les orthodontistes pourront venir à bout de certaines formes de dyslexies.

Besoin de mutuelle pour vos soins ? Comparez les tarifs gratuitement.

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
IC
irène casali

hypnose éricksonienne et contes métaphoriques

Expert

gregory willaume

masseur et kinésithérapeute | la maison bleue - massage et bien être - lille

Expert

salim djelouat

pr. bioclinicien -expert médical -auteur scientifi

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !