Lumbago et ostéopathie

Écrit par les experts Ooreka

Qui consulter en cas de lumbago ?

Rappel anatomique de la colonne lombaire

L'ostéopathie permet dans de nombreux cas de soulager le lumbago, une douleur du bas du dos qui est très fréquente et extrêmement handicapante.

Pour comprendre comment les ostéopathes traitent ce type de douleurs, il est important d'avoir quelques bases d'anatomie et de biomécanique lombaire.

  • La colonne lombaire constitue le bas du dos. Elle se compose de cinq vertèbres relativement massives qui, ensemble, adoptent une courbure à concavité postérieure (creux vers l'arrière du corps). Ces vertèbres reposent sur le sacrum, lui-même situé au-dessus du coccyx.
  • Comme à tous les autres étages de la colonne vertébrale (ou rachis), des disques s'intercalent entre chaque vertèbre. S'ils permettent, entre autres, la mobilité des vertèbres les unes par rapport aux autres, ils sont suppléés dans cette tâche par des facettes articulaires.
  • Les deux facettes articulaires supérieures de L2 (la deuxième vertèbre lombaire), par exemple, vont s'articuler avec les deux facettes articulaires inférieures de L1. Les deux facettes articulaires inférieures de L2, elles, s'articulent avec les deux facettes articulaires supérieures de L3.

De très nombreux ligaments et les capsules articulaires assurent le maintien de ces pièces osseuses entre elles. De même, un grand nombre de muscles très puissants relient les différentes structures ; d'autres, plus petits, gèrent la mobilité au niveau des facettes articulaires.

Mécanisme lésionnel du lumbago

Un lumbago entraîne une douleur lombaire. La douleur apparaît lorsque un ou plusieurs des petits muscles qui contrôlent la mobilité des facettes se spasment. En se bloquant, ils vont « verrouiller » la vertèbre qui va rester fixée dans une position anormale et perdre sa mobilité naturelle.

Ce type de blocage intervient principalement suite à un effort brusque ou violent. Toutefois, il est permis de penser que les vertèbres qui vont être en restriction sont celles qui sont déjà fragilisées par certaines dysfonctions viscérales.

Certains problèmes viscéraux vont donc fragiliser les vertèbres lombaires au niveau desquelles émergent les nerfs destinés à innerver :

  • le côlon ;
  • l'intestin grêle ;
  • les reins ;
  • les organes du petit bassin (génito-urinaires).

Prenons un exemple : un problème tel qu'une constipation va provoquer un excès d'informations neurologiques en provenance du côlon.

  • Les régions vertébrales lombaires correspondantes verront leur réactivité accentuée et, en cas de tension, elles ne pourront plus s'adapter.
  • Elles se bloqueront donc pour éviter le sur-accident.

Traitement ostéopathique du lumbago

C'est en prenant en compte le mécanisme lésionnel que nous venons d'évoquer que l'ostéopathe sera en mesure d'obtenir rapidement des résultats parfois spectaculaires.

L'anamnèse (interrogatoire), combinée à quelques tests ostéopathiques, permettra de déterminer si l'origine du lumbago est :

  • traumatique :
    • faux mouvement,
    • effort brusque,
    • effort violent ;
  • secondaire à un problème viscéral concernant :
    • le côlon,
    • l'intestin grêle,
    • les reins,
    • les organes génitaux ;
  • une combinaison des dysfonctions ostéo-articulaires et viscérales.

Les techniques mises en œuvre seront adaptées au patient et à la douleur qu'il présente. Il faut le plus souvent aborder les trois sphères dans le cadre du traitement d'un lumbago.

Approche structurelle

D'un point de vue structurel, le thérapeute fera en sorte de libérer les tensions musculaires et les blocages articulaires.

  • Les techniques de fascia seront privilégiées en cas de douleurs importantes.
  • Les trusts peuvent être envisagés sur les lumbagos qui ne sont pas hyperalgiques ou en fin de séance une fois que l'ensemble de la zone sera détendu.
  • Parfois, les manipulations cervicales seront nécessaires, à l'autre extrémité du rachis, pour permettre un relâchement lombaire.

Approche viscérale

Le traitement de la mobilité et de la motilité viscérale sera souvent primordial.

  • Le traitement viscéral intervient généralement dans un premier temps (éventuellement après un travail crânien).
  • L'ostéopathe saura quels sont les organes à travailler grâce à l'anamnèse et à ses tests palpatoires.

Approche crânienne

Le travail crânien sera très important dans le cadre du traitement d'un lumbago, car si les membranes de tensions réciproques (MTR) sont en tension, elles vont verrouiller la zone lombaire.

Non seulement le traitement sera peu efficace, mais la récidive sera inévitable à plus ou moins long terme.

Le travail s'effectuera essentiellement sur les articulations centrales : frontal, symphyse sphéno-basilaire (SSB qui constitue l'articulation centrale du crâne) et occiput-C1 (première vertèbre cervicale).

De nombreux patients se rendent chez leur ostéopathe après avoir pris des anti-inflammatoires. Si ces derniers permettent de supporter la douleur, ils vont en revanche fausser l'information neurologique et peuvent être préjudiciables au traitement ostéopathique.

Bon à savoir : dans la mesure où la douleur reste supportable, éviter la consommation d'antalgiques est donc recommandée.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
HB
hassen bouzidi

biologiste medical | lbbm

Expert

juliette daniere

Étiopathe | cabinet d'étiopathie drôme

Expert

gisèle watbled

sophrologue, expert: acouphène,sommeil, parkinson | cabinet de consultation sophrovie.g.w.

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !