Sommaire

 

Différencier la kinésithérapie de l'ostéopathie

Il est essentiel de distinguer la kinésithérapie de l'ostéopathie tant ces deux pratiques sont à la fois proches et éloignées.

  • Proches, car dans un cas comme dans l'autre, le thérapeute se trouve face à un patient avec lequel il va entrer directement au contact, la main du thérapeute se posant sur le corps du malade.
  • Éloignées, car le kinésithérapeute va utiliser des techniques de rééducation pour corriger des articulations ou des muscles lésés suite à un accident ou à une pathologie. Son intervention est locale et ponctuelle à l'inverse de l'ostéopathe qui va, de par sa vision holistique, traiter le corps dans son entier en cherchant à remonter à l'origine de la pathologie.

De plus, les techniques mises en œuvre en ostéopathie n'ont rien à voir avec la rééducation qu'effectuent les kinésithérapeutes.

Si les kinésithérapeutes sont incapables de faire de l'ostéopathie sans formation adéquate, l'inverse est également vrai : un ostéopathe ne peut pas se substituer à un kinésithérapeute lorsqu'un travail de rééducation est nécessaire.

Les kinésithérapeutes ostéopathes

La kinésithérapie n'a rien à voir avec l'ostéopathie, mais il existe des kinésithérapeutes ostéopathes qui exercent les deux métiers sous certaines conditions.

  • Il est possible pour les kinésithérapeutes qui le souhaitent, de suivre une formation en ostéopathie à temps partiel. Ces professionnels peuvent se rendre dans une école d'ostéopathie qui dispensera des séminaires à raison d'une fois par mois pendant 5 ou 6 ans.
  • Puisqu'ils possèdent toutes les connaissances de base (anatomie, physiologie, pathologie), les étudiants de temps partiel auront un enseignement essentiellement axé sur l'apprentissage des techniques et de la philosophie ostéopathiques.

À l'issu de leur formation, les kinésithérapeutes ont plusieurs choix :

  • devenir ostéopathe et abandonner leur titre de kiné ;
  • exercer les deux métiers dans deux cabinets distincts en indiquant clairement à quel moment ils font de la kinésithérapie et à quel moment ils pratiquent de l'ostéopathie.

Un troisième cas existe, mais qui est complètement illégal celui-là.

  • Il s'agit des kinésithérapeutes qui effectuent des actes d'ostéopathie tout en conservant leur appellation de kiné.
  • Ils peuvent ainsi réaliser une consultation d'ostéopathie « en échange » d'une prescription de deux séances de kiné par un médecin.

Aussi dans la rubrique :

Consultation

Sommaire