Étiopathie

Écrit par les experts Ooreka

Le terme d'étiopathie

Il n'est pas toujours aisé de distingue l'étiopathie de l'ostéopathie tant ces deux pratiques manuelles sont proches l'une de l'autre.

Finalement, la différence majeure entre les deux reste leurs appellations respectives.

Sémantiquement parlant, le terme d'étiopathie est plus judicieux que celui d'ostéopathie. En effet, si la seconde évoque spontanément une médecine destinée à soigner les os, l'étiopathie évoque davantage une thérapie qui vie à soigner la cause (du grec « aitia »).

Il s'agit pourtant de l'objectif commun de ces deux disciplines, et ce en dépit de leurs différentes dénominations.

Points communs entre ostéopathie et étiopathie

Qu'on parle d'étiopathie ou d'ostéopathie, dans les deux cas il s'agit :

  • de pratiques manuelles (les techniques sont quasi similaires) ;
  • de thérapies holistiques (prenant en compte le corps dans sa globalité) ;
  • de disciplines qui cherchent la cause du dysfonctionnement (qui vont au-delà du seul symptôme).
  • de médecines basées sur :
    • l'anatomie,
    • la physiologie,
    • la biomécanique.

Différences entre ostéopathie et étiopathie

Le fondateur de l'étiopathie est Christian Trédaniel, un Français qui a, entre autres, suivi une formation d'ostéopathie aux États-Unis. Revenu en Europe, il « crée » l'étiopathie en 1963.

  • La plupart des étiopathes sont formés en Suisse (école de Genève) et, de ce simple fait, se nomment étiopathes plutôt qu'ostéopathes.
  • De même, les étiopathes ne pratiquent pas tous le crânien alors qu'un ostéopathe s'en passe difficilement.

L'étiopathie se veut résolument mécaniste et, en cela, se distingue un peu plus de l'ostéopathie qui, si elle revendique une approche scientifique (bases très sérieuses d'anatomie, de physiologie et de biomécaniques au cours de la formation en ostéopathie), ne dénigre pas l'aspect philosophique originel.

  • Les techniques ne diffèrent toutefois que très peu de l'une à l'autre.
  • La différence est à pousser un peu plus loin dans la mesure où il existe de très nombreux courants en ostéopathie. Ainsi, on a coutume de dire qu'il y a autant d'ostéopathies que d'ostéopathes. Les cursus sont nombreux et les écoles d'ostéopathie aussi.
  • En étiopathie, en revanche, comme chez les chiropracteurs, l'enseignement est harmonisé et il n'existe pas plusieurs courants.

Besoin de mutuelle pour vos soins ? Comparez les tarifs gratuitement.

Comparer les mutuelles

Législation

Avec la loi du 4 mars 2002 qui officialise la pratique ostéopathique et chiropractique (selon des modalités différentes), certains étiopathes se sont retrouvés sur le banc de touche.

  • En effet, si les ostéopathes et les chiropracteurs ne pouvaient, dès lors, plus être attaqués pour exercice illégal de la médecine, les étiopathes, eux, n'étaient pas à l'abri. Ils pouvaient encore tomber sous le coup de la loi.
  • C'est la raison pour laquelle plusieurs étiopathes ont tout simplement décidé de changer leur appellation en se faisant « ostéopathes ». Pour ceux qui possédaient les qualifications suffisantes, cela a pu se faire sans difficulté.

Besoin de mutuelle pour vos soins ? Comparez les tarifs gratuitement.

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
DP
david plet

ostéopathe | clinique du millénaire

Expert

jean-baptiste gelle

ostéopathe | workosteo , ostéopathie en entreprise

Expert

virginie pagnier

sophrologue, hypnothérapeute, kinésiologue, | centre de sophrologie et bien être

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !